Flux RSS

Archives de Catégorie: affichage dynamique

Ecran d’accueil (ultime phase)

Grâce à TightVNC (sous GPL), nous pouvons contrôler le client Xibo, auquel une adresse IP a été spécialement attribuée.

Du reste, nous pouvons commencer à nous pencher sur les capacités Xibo, à première vue pas exceptionnelles mais suffisantes.

Cela remet en question l’essence même de ce service d’information : l’affichage doit-il nécessairement être dynamique ? Pour le moment, notre conception de l’affichage reste dépouillée et plutôt statique. En outre, le marquage et l’absence de grilles de mise en page de l’outil de design Xibo ne permet pas, pour le moment, un travail d’orfèvre sur l’organisation des contenus, sans parler de l’éditeur visuel de texte, rudimentaire à souhait. Les messages sont donc brefs, accompagnés de logotypes (en général un seul par "diapo"). Il faut considérer l’aspect développement si l’on souhaite totalement adapter l’affichage dynamique à ses besoins : un développeur dans son équipe sera alors un atout.

Une autre alternative suggérée par la cellule communication de la bibliothèque était l’utilisation de diaporamas de types PowerPoint, en sachant qu’il est effectivement possible de déclencher la lecture d’un document .ppt. Il faut alors veiller à bien configurer l’ouverture automatique du diaporama, sans quoi Xibo va enclencher PowerPoint qui vous demandera "souhaitez-vous ouvrir le document ou enregistrer ?" à chaque retour au début de la "timeline".

Pour notre écran TV, nous avons retenu le format d’affichage 16:10. La prévisualisation nous pose problème : l’interface Xibo Server ne nous permet pas de visualiser davantage qu’une "région" texte définie. Pis-aller, il nous faut alors utiliser nos PC personnels comme des afficheurs : pour cela, on télécharge Xibo client et on l’installe en spécifiant le serveur à atteindre. Le logiciel se charge alors d’envoyer une requête au serveur : il vous reste alors à enregistrer un "nouvel afficheur". Notez que, grâce à cet ajout d’afficheur, vous pouvez configurer un nombre quasi illimité de diffusions sur une multitude d’écrans indépendants.

En ce qui concerne les contenus, nous alternons la présentation de nouveaux services (abonnements numériques, Le Monde.fr bouquet étudiant), des conseils (enregistrer vos documents de travail sur votre clef usb), une invitation à contacter les bibliothécaires en ligne (le service de référénce http://www.ruedesfacs.fr).

D’autres modélisations de diffusions restent à imaginer et le service de le communication n’est pas à court d’idées et saura nous surprendre !

Du reste, je souhaiterais tester Concerto player (testable en LiveCD), à titre au moins comparatif.

L’affichage dynamique à la BIU

Retour sur la mise en oeuvre du système d’affichage dynamique

Le serveur étant bien en place, le client .NET peut effectuer les requêtes. Vous pouvez donc administrer Xibo depuis n’importe quelle machine ouverte sur votre réseau. Ici, nous nous connectons au dossier /xibo. C’est la "serverkey" générée par le serveur qui va vous permettre de vous connecter à la console d’administration pour créer les utilisateurs, groupes d’utilisateurs. Veillez à attribuer suffisamment de droits (notamment d’affichage) pour vos utilisateurs. Vous aurez par ailleurs la possibilité de gérer des groupes de travail et d’afficheurs (plusieurs écran diffusant chacun une "playlist" différente gérée depuis le serveur Xibo).

Installation matérielle

Il est nécessaire de bien penser les pré-requis techniques. Pour ma part, j’avais mal anticipé le fait que le mini PC client se trouvait sur une petite étagère à 3m du sol, ainsi que les prises alimentation secteur et réseau. Cela nécessite d’avoir recours à un logiciel de prise en main à distance : nous allons opter pour UltraVNC, sous licence GPL (recommandé également par l’équipe de développement de Xibo). Il faut par ailleurs configurer Windows afin qu’aucune perturbation ne pollue l’affichage (sons, bulle d’information, lancement automatique d’application, détection automatique des réseaux, ainsi que tout autre affichage en survol).

Par ailleurs, pour une qualité d’affichage optimal, j’ai opté pour l’utilisation de ports HDMI DVI, le PC et le téléviseur en étant tous les deux pourvus. L’affichage s’en trouve excellent.

Contenus : la délicate question des formats

Chaque séquence média ne peut charger plus de 2Mo à la fois. Vous imaginez donc que pour les diaporamas dont l"objectif clair est l’information et la formation des usagers, c’est un peu la quadrature du cercle.

D’une part, l’intégration des formats ppt aux boucles de diffusion est un casse-tête. Sans compter que les diaporamas sont prévus pour un affichage 4/3.

J’ai testé également l’option qui sert à la diffusion de diaporamas PowerPoint (format ppt). Un peu déçu, car cette fonctionnalité ne fait qu’enclencher un lancement du logiciel PowerPoint sur le client, qui va vous demander alors "souhaitez-vous ouvrier/enregistrer le documment diffusionecran.ppt" ? A la fin de la timeline que vous aurez paramétré, pour peu que celle-ci tourne en boucle, le message d’ouverture du logiciel se répétera à chaque début de cycle de diffusion.

Autres difficultés

Le rafraîchissement de la liste de lecture. Penser, via les paramètres du client Xibo, à définir l’intervalle qui permettra à la diffusion de s’actualiser (The collection interval for content). Il est par défaut de 900 secondes, ce qui risque de vous irriter et de vous impatienter largement lors de vos premières planifications de diffusion.

La délicate question de la prise en main à distance

Votre écran est installé, une petite étagère discrète supportera le mini PC client à quelque 3 mètres de hauteur. Le hic, votre écran n’est pas orienté de façon à pouvoir intervenir, et vous avez encore moins de possibilité de connecter écran, souris et clavier à une telle hauteur du sol.

Nous avons donc testé deux solutions de VNC Open Source (sous General Public License), outre les possibilités offertes par Windows. La première nous a posé problème, UltraVNC. Cela peut être du à la configuration matérielle du PC qui tente de prendre le contrôle distant du client Xibo, inférieure à celle du mini PC sous Windows 7.

En revanche, TightVNC nous a pour l’instant plus ou moins tirés d’affaire. Seule l’absence de raccourcis de fermeture des tâches (défaillance des raccourcis pendant la prise en main à distance) nous à posé problème. Nous l’avons contournée (merci Guillaume) en lançant un taskmgr.exe via la commande "exécuter" de Windows.

On y arrive, presque

Enfin, il reste à paramétrer la communication entre les machines dans son périmètre géographique, sur le domaine informatique local.

Il ne nous reste donc qu’à obtenir les adresses IP fixes pour faire communiquer l’ensemble.

J’y reviendrai dans un troisième volet.

Un écran d’accueil dans votre BU

Au commencement…

Ce fut l’un des projets de notre établissement en termes d’amélioration de la communication vers nos publics, sur lequel j’ai commencé cette année 2012. Il commence à aboutir. J’espère que d’autres établissements pourront s’inspirer de cette mise en oeuvre peu gourmande en moyens techniques et financiers, mais qui demande un temps d’appréhension.

Après nous être arrêtés un temps sur la solution Descartes affichage dynamique ("DAD", prononcer dé-a-dé), celle-ci, sans modalités de diffusions, ni support et tutoriels, nous a paru le pire des serpents de mer.

Un objectif : l’amélioration du service rendu

  • Informer nos usagers en temps et en heure
  • Présenter l’établissement et en rappeler les règles de fonctionnement
  • Inciter à exploiter les outils disponibles pour la recherche documentaire
  • Valoriser nos collections et en favoriser la consultation
  • Eventuellement, rendre plus transparent le travail des bibliothécaires pour le public (ce à quoi un excellent site web peut également concourir pour améliorer la re-connaissance du métier de bibliothécaire, on y reviendra)

L’affichage dynamique, qu’est-ce donc ?

Taiwan Taoyuan International Airport. Photo JCWang. Cc-sa white.svg This work is licensed under the Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License.

Il s’agit d’utiliser un média écran de type écran TV plasma pour diffuser des informations spécifiques à un établissement proposant des services. Ce type de dispositif est particulièrement fréquent dans la restauration rapide, les services publics (sécu, CAF) mais surtout dans les services et compagnies de transport (RATP, SNCF, compagnies aériennes et aérogares), pour qui l’information en temps réel et adaptée à la demande de l’usager est primordiale.

De façon générale, il suppose de disposer de trois éléments en réseau : un serveur sur lequel est installé la partie serveur de l’application, un client sur lequel est installée la partie application client (dans notre cas, deux solutions matérielles ont été testées, Mac Mini d’Apple et Mini PC Transtec) qui émet des requêtes au serveur, et un écran auquel est relié le client. La plupart des applications serveur sont basées sur des distributions debian-like. Tout poste informatique disposant de l’url du serveur peut alors se connecter à une interface d’administration unique pour concevoir des broadcast ou Webcast (en français diffusion ou webdiffusion).

A destination de qui ?

D’étudiants d’établissements publics de l’enseignement supérieur, de la licence au master. Notre jeune bibliothèque est déjà caractérisée par une charte graphique qui fait mouche et une communication bien huilée. Elle est aussi remarquable par sa surfréquentation, critère qui a déterminé la stratégie de diffusion d’informations "en mouvement" : nous avons donc placé l’écran de diffusion dans le hall d’accueil, quelques mètres en amont de la potentielle file d’attente.

Qu’y met-on ?

En termes de formats : de l’image, de la vidéo, des fils rss, des messages fixes ou déroulants, des incrustations de site web en balises <object>, etc.

Concernant les contenus eux-mêmes, on peut imaginer y diffuser des informations de trois ordres :

  • de l’information immédiate (coupures de réseau, horaires spéciaux, places restantes à l’intérieur des salles de lecture)
  • des contenus relatifs à l’information permanente (nos colletions imprimées et numériques, nos conditions d’accès et d’inscription)
  • des contenus relatifs à la formation des usagers (des tutoriels sommaires pour utiliser et exploiter l’OPAC, localiser des ressources électroniques, présenter  nos supports d’aide à la réussite – dans le cadre du plan "Réussir en licence", des bibliographies).

Ma préférence

J’ai donc examiné de près ce qui se faisait en termes de  digital signage, puisque c’est la terminologie anglaise idoine pour désigner l’affichage dynamique, avec une très nette préférence pour une plateforme opensource sous licence GPL. La documentation, le support et le suivi de la communauté opensource étaient des facteurs décisifs. J’en suis arrivé à deux choix face-à-face : Concerto (utilisable en liveCD) et Xibo (prononcer ex-i-bo). Xibo, développé par d’anciens étudiants de l’université de Brighton (UK), m’a paru fort bien placée. Xibo nous a paru plus susceptible d’être mis en oeuvre, étant donné que nous disposions de tous les requis techniques côté serveur. Nous l’avons donc retenu.

Un impact bénéfique sur le fonctionnement de la bibliothèque

Soyons réalistes, il ne s’agit "que" d’un écran d’information. Il serait peu raisonnable d’y consacrer moult subsides, à la fois en raison de l’impact modéré (à voir) d’un tel medium et d’autre part en connaissance de la médiocrité technique des solutions commerciales.

La solution opensource paraît appropriée pour améliorer sensiblement la communication dans un établissement accueillant du public. Nous pourrons en outre l’adapter à nos besoins en en modifiant le code source ou en l’imbriquant (une idée qui m’effleure souvent l’esprit) à une bibliothèque numérique opensource comme Greenstone.

Quelle configuration ?

Un serveur Win ou Apache fait l’affaire. Si vous n’avez qu’un serveur Win, optez pour celui-ci plutôt qu’émuler un Apache sur WampServer.

Nous avons utilisé un serveur Apache (merci Pierre-Edouard), avec les spécifications suivantes :

  • PHP 5
    • MySQL library
    • GD library
    • JSON library
    • un module SOAP
  • une base de données MySQL

En revanche, côté client, ça se corse. Xibo est optimisé pour fonctionner avec du framework Microsoft .NET (un peu une hérésie pour un projet GPL). Un client portable développé en python est encore en version beta et déconseillé pour une mise en production. Néanmoins le laboratoire de mathématiques de Besançon (université de Franche-Comté) l’utilise sous Ubuntu (serveur et client) en production.

L’écran est de grande dimension et propose en connexion vidéo du VGA (analogique) et du HDMI (numérique). On pourra camoufler le mini PC derrière l’écran, supporté par une plateforme articulée.

On peut aussi contrôler l’affichage sur des écrans distincts, disposés à des endroits différents de la bibliothèque. En voici le schéma de fonctionnement avec 5 écrans cibles.

Pour le reste, je reviendrai sur cette installation une fois en production…

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.